Écriture: fiches personnages

70514203_781184335629245_5946391833448808448_n

S’il y a bien une chose que je préfère dans mon processus d’écriture, c’est la création de mes personnages. Le coeur même de toutes mes histoires. Si un roman est bien écrit mais que ses personnages ne réussissent pas à me toucher, il est très rare que j’apprécie mon expérience de lecture. C’est pourquoi je mets un point d’honneur à proposer des protagonistes authentiques et complexes.

Beaucoup d’entre vous se sont montrés curieux quant à ma façon de faire, c’est pourquoi j’ai pensé qu’il était intéressant de vous en parler plus en détails. Bien sûr, je tiens à rappeler que chaque méthode est différente, et qu’il suffit de trouver ce qui fonctionne le plus pour soi. En tant que perfectionniste et maniaque de l’organisation, je ne lésine pas sur les détails (parfois insignifiants et inutiles, je vous l’accorde). J’ai besoin de tout contrôler, et donc de tout connaître de mes personnages, même si cela n’est pas utilisé dans le roman en question. J’ai besoin de devenir eux et donc penser comme eux. Mais d’autres auteurs préfèrent la distance, ce que je comprends. À vous de choisir !

Ainsi, je vous laisse avec mes petits secrets ; prenez-en soin.

1/ PREMIÈRE ÉTAPE

La toute première étape, avant même de mettre quoique ce soit sur papier, est pour moi d’imaginer l’ambiance générale qui plane autour de mes personnages. Vous le savez déjà, je suis une fan de l’aesthetic. Je fonctionne beaucoup au visuel. Je pense que chaque personne possède une couleur qui lui est propre, c’est pourquoi les aesthetics aident beaucoup à construire des personnalités différentes dans mon imagination. C’est donc ce que je fais en premier, puisque c’est l’étape la plus vague et la plus générale. Je vous donne ci-dessous des exemples de ma nouvelle « Valentin’s Date », avec en sous-catégories les aesthtics de Poppy et de Valentin. On peut tout de suite déduire plusieurs choses : Poppy a pour couleur dominante le rose ; un aesthetic très doux et féminin. Valentin quant à lui se rapproche davantage du beige et du marron, avec un mélange de café, de papier et de rues parisiennes. Selon moi, rien que ça, ça en dit long.

Capture d’écran 2019-09-14 à 15.32.06

Poppy:Capture d’écran 2019-09-14 à 15.31.32

Valentin:Capture d’écran 2019-09-14 à 15.31.49

2/ DEUXIÈME ÉTAPE

Ce n’est pas toujours dans cet ordre que je fonctionne, parfois le prénom vient avant la personnalité, mais c’est très rare dans la mesure où je choisis très souvent le prénom justement en fonction de ce que celui-ci signifie ; et donc s’il correspond à la personnalité que je me fais dudit personnage. À partir de là, on agit en entonnoir. Du plus général au plus précis. Pour les prénoms, j’ai donc tendance à regarder les significations sur internet. Pour mes livres de New Romance toutefois, mes héroïnes portent toutes des prénoms de fleur. Si cela vous intéresse, il y a beaucoup de sites sur lesquels vous pouvez trouver des prénoms neutres/non genrés.

3/ TROISIÈME ÉTAPE

Enfin arrive le plus important et le plus conséquent en terme de travail : la personnalité. Je procède en plusieurs parties : 1/ Identité, 2/ Apparence, 3/ Caractère, 4/ Capacités, 5/ But, croyance, opinion, 6/ Relations. Je vous l’ai dit, je prends les fiches personnages très au sérieux…

1/ Identité –> Cette catégorie retrace comme dit l’identité du personnage. Plus précisément son nom, prénom, date de naissance, nationalité, profession, situation familiale. Ma petite touche personnelle est d’ajouter la Maison Poudlard à laquelle appartient chaque personnage, parce que mine de rien ça parle toujours aux lecteurs *wink wink*

2/ Apparence –> Pas besoin de vous l’expliquer, je suppose ? Ici je décris physiquement la personne ; son visage, sa silhouette, son style vestimentaire ainsi que ses signes distinctifs s’il y a (tatouages, grains de beauté particuliers, piercing etc.)

3/ Caractère –> Il s’agit ici des défauts et des qualités. J’y mets également ce qui le/la fait rire, comment il/elle réagit face à la colère, son livre/sa musique/son film préférés, et autres anecdotes/situations où ses traits ressortent le plus. J’y mets aussi ce qu’il/elle aime et ce qu’il/elle n’aime pas, sa plus grande peur et j’en passe… À vous de choisir quoi mettre !

4/ Capacités –> Tout simplement, je stocke ici les dons et facilités de mes protagonistes. C’est-à-dire les activités où il excelle mais aussi celles où il est mauvais (et dans ce cas, s’il progresse au cours du roman).

5/ But, croyance, opinion –> Chaque personnage a un but au début du roman, qu’il l’accomplisse ou non. J’y ajoute ses motivations, ses croyances (religion, superstitions), ses opinions. On sous-estime très souvent cette étape je trouve, alors qu’elle est très importante selon moi.

6/ Relations –> Il s’agit ici de ses relations avec autrui : sa famille (fusionnel ou indépendant ?), ses amis (loyal ou intéressé ?), son/sa partenaire (jaloux ou respectueux ?), les gens qui lui sont inférieurs (moqueur ou altruiste ? désintérêt ou gentillesse ?).

4/ QUATRIÈME ÉTAPE

Une fois que sa personnalité a été vue et revue, je passe au before. Le passé d’une personne est primordial, car il fait d’elle ce qu’elle est dans le présent. Vous ne pouvez pas avoir un bon personnage si vous ne connaissez pas son passé et ce qu’il a vécu pour être ce qu’il est aujourd’hui. Connaitre son futur est également un plus.

5/ CINQUIÈME ÉTAPE

Et enfin, ce qui vous aidera à gérer votre personnage tout au long de votre roman : son développement. Comment il/elle évolue du début à la fin, ainsi que les étapes charnières qui mènent à ce changement, à savoir les points déclencheurs.


tumblr_onribjy8hP1qaf1vio4_540.gifVoilà, vous savez tout désormais ! Je vous ai décrit chacune de mes étapes dans les grandes lignes, mais je vous invite sincèrement à chercher ce qui vous correspond le mieux. En tout cas, soignez bien vos personnages car sans eux, votre histoire n’aura que très peu d’écho et de profondeur. Je persiste à dire que ce sont eux, le coeur d’un roman, car ce sont eux qui touchent le lecteur.

Vous n’avez plus qu’à vous y mettre 🙂

Des bisous pailletés, Morgane.

TOP 5 : Enemies to lovers

68981727_1114677948738007_5489543661186187264_n

« Il n’y a qu’un pas entre la haine et l’amour », dit-on. Les héros des romans que je compte vous présenter aujourd’hui pourraient confirmer ce dicton, et ce n’est pas peu dire. Que ce soit en Romance ou en Fantasy, la trope du enemies to lovers est considérée comme cliché et pourtant efficace. Elle fait partie des intrigues qu’on adore détester – ou qu’on déteste aimer. Pour ma part, c’est ce que je préfère. C’est pour cette raison que j’ai décidé de vous présenter celles qui m’ont le plus charmée ; et faire un choix si restreint fut dur. En espérant que vous aimerez mes recommendations !

2

Je l’ai déjà présenté dans un précédent article, mais une fois n’est jamais assez. Ce livre mérite tellement de visibilité ! Holly Black est la reine des fées, et je comprends désormais ce titre qui lui va si bien. L’écriture est sublime, lyrique mais surtout addictive. Vous êtes happés dès la première page, c’est un fait. Mais son principal point fort, tout du moins dans cette trilogie, ce sont les personnages. Tous imparfaits, à la limite du détestable ; des fées tel que le folklore nous les a toujours décrites, espiègles et cruelles. La romance, qui n’est pourtant pas l’intrigue principale, est la meilleure enemies to lovers que j’aie pu lire jusqu’ici. Pour la simple et bonne raison qu’Holly Black n’adoucit pas leur relation sous prétexte de satisfaire tout le monde. La relation entre Jude et Cardan n’est clairement pas saine ; la haine qu’ils se vouent est telle que leur attraction sexuelle mutuelle les dégoûte. C’est bizarrement satisfaisant à lire.

TW: humiliation, harcèlement moral.

3

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous connaissez mon amour éternel pour cette série ; ou plutôt pour son personnage masculin principal, Aaron Warner. Jusqu’ici inégalé dans mon coeur. Bien que je ne suis pas très emballée par l’héroïne, Juliette, j’aime le développement de la relation entre les deux. Warner est ce qu’on peut appeler le « bad guy » dans le tome 1. Et pourtant, il est tout de suite fou amoureux d’elle. Si Juliette résiste au début (à juste titre), leur relation tend à changer au fil de la saga… et c’est un pur bonheur. La plume époustouflante de Tahereh Mafi, à la fois poétique et imagée, se marie parfaitement avec un personnage comme Warner ; sensible et torturé. J’ai vraiment aimé la façon dont on passe de la haine à l’amour dans leur cas. Jetez-vous dessus, vous me remercierez.

4

Ai-je vraiment besoin de présenter ce roman ? L’un de mes classiques préférés aux côtés de Jane Eyre et Le Portrait de Dorian Gray. On sait tous qu’Elizabeth et Mr Darcy n’ont pas eu des débuts très joyeux. Chacun est piégé par les préjugés qu’il nourrit à propos de l’autre, sans compter tous les obstacles sociaux et financiers qui se dressent devant une possible relation. En dépit de tout ça, ils sauront mettre leurs différents de côtés. Orgueil et Préjugés est un classique qu’il vous faut lire si ce n’est pas déjà fait ; la plume de Jane Austen est simple et accessible, elle va droit au but et utilise l’humour ironique comme arme principale. Le film est pas mal également ; ça aide.

5

Une série dystopique que j’ai tout bonnement dévorée. J’ai d’ailleurs rencontré l’auteur il y a deux semaines à Londres, et ça a été un moment vraiment spécial. Ces romans traitent de sujets forts et délicats sur le racisme et le terrorisme, sans jamais trancher pour un camp, mais en gardant un avis nuancé. Dans ce premier tome, on suit Sephy et Callum, meilleurs amis d’enfance. Elle est noire et privilégiée, lui est blanc et isolé de la société. En grandissant, leurs environnements respectifs leur apprennent à se détester et à se faire la guerre sous prétexte que leurs mondes diffèrent. Ce qu’ils feront… jusqu’à ce que l’amour se révèle plus fort. Je vous conseille toutefois de sortir les mouchoirs, car Malorie Blackman dépeint le monde réel tel qu’il est ; cruel et impitoyable.

6

Encore un livre que j’ai déjà présenté par le passé, mais qui va se plaindre d’une telle pépite ? Personne. Carry On est une réécriture satirique d’Harry Potter, avec une romance LGBT entre Simon et Baz (aka Harry et Draco). Bien sûr, Rainbow Rowell a énormément édulcoré la chose. Carry On est l’un de mes livres préférés, je ne me lasse jamais de le lire. Drôle et très intelligent, il met en lumière des personnages braves et attachants, ainsi qu’une intrigue peut-être prévisible mais addictive. Simon et Baz partagent la même chambre depuis sept ans à l’école de Magie, mais se détestent depuis toujours. Jusqu’à cette dernière année, où Simon – l’élu – est forcé de faire alliance avec son pire Némésis afin de sauver le monde. Leur relation est ADORABLE. Ah et le tome 2 sort bientôt. Just saying.

Et vous, quels sont vos couples Enemies to Lovers favoris ?

Des bisous pailletés, Morgane.