life update : septembre 2019

71501057_2138030596499648_3033808973401686016_n.jpg

Septembre, un mois empreint de stress.

Mais aussi de renouveau. Le retour de l’automne, la rentrée scolaire, la fin des longues journées à ne rien faire sous le soleil… Pour la première fois depuis des mois, je me suis sentie sous l’eau. Noyée sous les responsabilités. Perdue. Paniquée face à l’inconnu.

Des inquiétudes qui demeurent encore aujourd’hui, mais que j’approche avec plus de sérénité qu’il y a deux semaines. Le stress a été mon plus fidèle ami ce mois-ci mais comme souvent, j’ai été plus forte. J’ai finalement décidé de me concentrer sur ce que je pouvais contrôler, et de laisser faire les choses sur lesquelles je n’avais aucune emprise. À quoi bon ?

Septembre fut tout de même bon avec moi. J’ai profité de ma famille. J’ai pris soin de moi. J’ai accueilli un nouveau cousin, le petit Soan, dans ce monde de fous. J’ai dépensé de l’argent dans ce qui me rend heureuse sans culpabiliser. J’ai approfondi de nouvelles amitiés déjà chères à mon coeur. Mais surtout : j’ai pu voir l’un de mes rêves d’adolescente se réaliser.

Mon premier livre traduit à l’international. Un objectif fièrement atteint. Un accomplissement mais également le début d’une toute nouvelle aventure.

J’ai peur, mais hâte. Je n’ai jamais eu aussi hâte, à dire vrai.

Encore une fois, je réalise que malgré les mauvais jours, le stress, l’anxiété, l’impression que tout va mal… il suffit d’une bonne nouvelle pour que la machine redémarre et que les beaux jours se succèdent à leur tour. Parfois, on attend plus longtemps qu’on le voudrait. Mais ça arrive toujours.

Patience.

life update : août 2019

Sweet August…

Un mois de repos bien mérité. 31 jours l’esprit apaisé, ce n’est pas rien. Ça faisait longtemps. Soleil, sorties, musique, amis. De vraies vacances.

Angleterre, Irlande, Italie. Des paysages beaux et différents, un échappatoire au quotidien parisien. Revenir à ce dernier m’angoisse et me stresse, mais ces derniers mois m’ont aidé à appréhender les choses de façon plus sereine. Une belle nouvelle année s’annonce !

PO-SI-TI-VI-TY, right?

Ce mois-ci, mes amis m’ont fait remarquer à quel point j’avais changé – positivement. À quel point j’étais plus souriante, plus heureuse, plus détendue. Et c’est vrai. Je vis enfin pour moi. Je me challenge toujours plus. Je m’expose. Je voyage. Je dompte l’anxiété sans plus être immédiatement défaitiste. Et ça, ça change tout.

Je suis prête pour une nouvelle année pleine de surprises et d’imprévus, d’aventures et d’anxiété. Ma dernière année d’études, si tout se passe comme je l’ai prévu. C’est terrifiant, mais aussi excitant. Et je compte bien en profiter… pour avoir le moins de regrets possible. 🙂

Bonne rentrée à tous !

Morgane.

life update : juillet 2019

Cher Août,

Je n’arrive pas à croire que tu sois déjà là. Comment le temps peut-il passer si vite ? Je me le demande. Et pourtant, en un mois, j’ai eu le temps de vivre tant de choses. Juillet, tu fus bon avec moi. Pour cela, je t’en remercie. C’est en listant toutes les choses que j’apprends chaque mois que je réalise à quel point l’être humain évolue rapidement. Je ne suis pas la fille que j’étais en Mai, ni même en Juin.

En quelques mois, j’ai vécu plus de choses que la Morgane du lycée en l’espace de trois ans. Ce mois-ci, j’ai rencontré de nouvelles personnes, de drôles et rayonnantes personnes. J’ai pu voir de mes yeux nus des artistes que j’admire et qui m’inspirent chaque jour que Dieu fait.

Des souvenirs à jamais immortalisés.

J’ai enfin compris que ma pire ennemie, c’est moi. Que je suis la seule personne à me mettre des bâtons dans les roues. Que contrairement à ce que je pense et dis, je ne suis pas asociale. Bien au contraire. Qu’au fond, je sais mettre mon stress de côté quand j’en ai besoin. En Juillet, j’ai su dépasser mes peurs ; petites comme grandes. Parce que j’ai compris qu’elles ne me définissaient pas ; parce que j’ai compris que j’en suis le seul maître. Je ne veux plus qu’elles me paralysent ou m’empêchent de faire des choses que je suis capable de faire.

Ce mois-ci, j’ai dit non. J’ai dit oui.

J’ai fait des choix qui sont les miens et qui m’appartiennent. Quitte à me tromper.

Parce que ça fait partie de la vie, aussi.

J’ai vu mes amis tomber amoureux et me réjouir de leur bonheur. Je me suis également heurté à un mur, celui de la dure réalité du monde. Ce fut douloureux. J’ai eu envie de tout arrêter, de mettre un terme à mes passions, de prendre le chemin le plus facile.

Mais je me suis relevée. Parce que je refuse de céder à la facilité ; la fierté et la satisfaction ne viennent qu’avec les obstacles et le dur labeur, n’est-ce pas ? Je ne veux pas d’une vie facile. Je veux pouvoir dire : c’était dur, mais je l’ai fait. Je me suis accroché, j’ai persévéré, et j’ai réussi.

Et je compte m’acharner, encore et encore, dans ce seul but.

Just watch me.

Morgane.

life update : juin 2019

65556936_205088987052657_1024027281196056576_n

Juin est passé à une vitesse incroyable.

La tête plongée dans l’écriture de mon mémoire, j’ai l’impression de ne pas avoir assez profité… et pourtant, quand j’y repense, Juin fut un mois incroyable ; rempli de nouvelles aventures, de challenges personnels et de retrouvailles qui font du bien.

Pour la première fois depuis longtemps, je me suis fait plaisir sans y réfléchir à deux fois. Je me suis occupée de moi, tout simplement. Je me suis ouverte aux autres malgré l’anxiété. J’ai pu faire de nouvelles rencontres, dont je suis mille fois reconnaissante.

Que ce ne sont pas nos échecs qui nous définissent. Qu’on doit continuer à donner le meilleur de soi-même et ne pas remettre en question la personne que nous sommes dès lors qu’une défaite se manifeste.

Plus important encore, j’ai découvert toute l’étendue de mon ambition. Sans plus me voiler la face. Et cette envie violente me terrifie… mais me galvanise davantage. Si j’ai tenté de l’étouffer auparavant, je sais maintenant ne pas avoir à m’excuser d’aimer être le centre de l’attention. De voir grand. D’être sûre de moi. Car c’est humain.

Mais surtout car la confiance en soi n’est pas un défaut. Seules les personnes qui auront un problème avec ça vous diront le contraire, et vous savez quoi ? C’est leur problème. Ça leur appartient.

Soyez grands, soyez forts, et visez haut.

Brillez sans vous en excuser 🙂

Morgane.

life update: mai 2019

Mai… tu es déjà (enfin) terminé.

Ce mois-ci fut une accumulation de stress et d’angoisse. Ce n’est pas facile, de toujours rester positive. Indécision. Interrogation. Le retour de certains démons qu’on pensait oubliés, effacés, enterrés. La solitude, aussi. Exigences. Éternelle insatisfaction. La fin d’une habitude rassurante et pourtant toxique.

Où est-ce que je me situe, dans tout ça ?

Quand je pense au mois qui vient de s’écouler, je me rappelle du plus triste. Puis je ferme les yeux. Je respire. 1… 2… 3. Courage. Force. Évolution. Espoir.

J’ai appris que malgré ce que je pensais, je vis encore dans le but de satisfaire certaines personnes. Je m’excuse encore d’être moi-même. Différente. Différente ? Normale. J’ai aussi appris que parfois certaines choses nous manquent, même si on n’ose pas se l’avouer, sans pour autant vouloir qu’elles reviennent. J’ai pris conscience du chemin parcouru, de la force psychologique acquise ces dernières années. J’ai appris qu’on ne peut pas tout contrôler, encore moins ce que les gens pensent. Et c’est OK. Ce n’est pas grave.

J’ai appris que personne n’était parfait, pas même les gens qu’on aime ou qu’on admire. Qu’ils sont humains, eux aussi. Qu’on peut les aimer et accepter leurs défauts. Que leur en vouloir n’est pas les trahir. J’ai appris que je pouvais être une bonne grande sœur. Une bonne personne. Une bonne amie.

Et maintenant, quoi ? Je me sens coincée. J’avance, mais je vais où ? La vérité, c’est que je n’ai aucune idée d’où je vais, de la direction que je prends. J’y vais, c’est tout. C’est ça aussi, la vie. Ne pas savoir où l’on va, mais foncer. Finalement, Mai n’aura pas été si terrible. J’apprends de mes erreurs. Je suis en constante évolution. On l’est tous. Il suffit juste, parfois, de s’arrêter… et de relativiser. De compter chaque point positif comme la victoire d’une bataille intérieure et personnelle. C’est facile, de se blâmer pour nos défauts. Bien moins de s’accorder des compliments.

Et si l’on se félicitait, pour changer ? Plutôt que d’attendre que les autres le fassent pour nous.

Morgane.