Danse: mes inspirations

https://twitter.com/superm/status/1164915293983932416?s=12&fbclid=IwAR0BGYGKvDkNSrMzlbFbYZIHYLsxFSBVriN4_N8-9-VgFiFu4n3LK3u0sNU
SuperM – SM Entertainment

J’ai toujours aimé danser. Je peux remercier mes parents pour cela, et particulièrement ma mère, qui a longtemps donné des cours de danse latine. Petite, j’ai brièvement essayé la danse classique. J’ai vite arrêté ; je n’étais pas assez grande ni assez souple, pour commencer. Mais il y avait surtout trop de règles et de restrictions. J’avais besoin de liberté. C’est comme ça que je me suis retrouvée à faire du Moderne Jazz pendant plusieurs années. J’ai même essayé la danse africaine, que j’avais d’ailleurs adorée.

J’ai toujours ressenti une certaine liberté à danser. C’est toujours un moment unique et différent durant lequel je ne pense à rien d’autre qu’à laisser ma tête/mon corps s’exprimer. Ce sentiment, chacun le trouve dans quelque chose de différent. Chez moi, c’est soit en écrivant ou en dansant.

Lorsque j’ai déménagé et suis rentrée au lycée, j’ai pourtant dit à ma mère que je voulais arrêter. C’était une période très difficile pour moi. Mon corps avait changé. Je n’étais plus à l’aise avec ces nouvelles formes, si bien que je voulais les cacher à tout prix. Rien que l’idée d’être dans une salle de danse, exposée aux regards et aux miroirs, m’angoissait. J’ai vaguement repris quelques années plus tard, en salle de sport, mais ça n’a pas duré non plus.

Aujourd’hui, danser me manque atrocement.

Poursuivre la lecture de « Danse: mes inspirations »

life update : novembre 2019

79131020_1260347207500520_2237335051027087360_n.jpg

De manière différente, chacun trouve force et courage quelque part. Petites ou grandes, ces choses nous permettent de trouver refuge et, à long terme, de grandir.

Récemment, les paroles d’une personne que j’admire beaucoup a joué ce rôle pour moi. Grâce à lui, j’ai pu garder la tête au-dessus de l’eau ce mois-ci. J’ai compris, une bonne fois pour toutes, que j’étais maîtresse de mes angoisses et de mon stress. Et non l’inverse.

« You don’t always need a plan. Sometimes you just need to breath. Trust. Let go, and see what happens. »

Cette citation m’a frappée en plein coeur. Moi qui ai toujours besoin d’un plan, d’une certitude, de quelque chose à quoi me raccrocher, j’ai compris que parfois… il est nécessaire de se laisser aller. De se laisser surprendre. L’imprévu n’est pas toujours négatif. Au contraire. Il y a des fois où il faut simplement arrêter de stresser et accepter la situation telle qu’elle est. Se faire confiance. Et foncer.

C’est difficile, certes. On n’arrête jamais vraiment de stresser parce qu’on le souhaite.

Mais il est toujours possible de garder ce stress tout en le contrôlant. Tout en lui disant : « Aujourd’hui, tu ne me feras pas perdre tous mes moyens ». En appliquant cela, j’ai pu remarquer que j’étais bien plus confiante et sereine face aux situations d’angoisse.

Alors trouvez ces petites ou grandes choses qui vous donneront ce courage, cette force… et lancez-vous.

Morgane.

Thanksgiving: what I’m grateful for in 2019

Aujourd’hui aux États-Unis, les américains célèbrent une fête très spéciale qu’on appelle Thanksgiving. C’est un jour que l’on passe généralement en famille – ou entre amis -, un jour où l’on est thankful (reconnaissant) de ce qu’on a, de ce que la vie nous donne chaque jour. Je sais que cela ne se fait pas en France, mais j’avais tout de même envie d’écrire un post à ce sujet. Pour remercier, tout simplement.

Je crois que j’ai longtemps pris les choses comme acquises. Je n’ai pas toujours mesuré la chance que j’ai d’être née et d’avoir grandi dans un foyer comme le mien, dans un pays aussi beau que la France, d’être aimée et en bonne santé. Mais à mesure que je grandis, je comprends le privilège qui m’a été donné. Malgré tous les obstacles et les difficultés, je veux être plus positive. Je veux regarder vers l’avant, et non vers l’arrière. Profiter du moment présent. Je vis une vie différente de celle que je m’étais imaginée plus jeune, mais pas moins merveilleuse.

En ce jour de grâce, je suis reconnaissante d’avoir une famille qui m’aime, une famille qui m’a aidée à grandir et qui a su m’inculquer des valeurs dont je suis fière aujourd’hui. Une famille aimante et solidaire face à la difficulté.

Je remercie les amis que j’ai, qui m’aiment comme je suis, me soutiennent et qui chaque jour font naitre un sourire sur mon visage. Mais aussi ceux que j’ai aimés puis perdus, pour m’avoir apporté de bons moments quand j’en avais besoin. Je ne regrette rien, surtout pas les fous rires.

Je suis surtout reconnaissante d’être moi, un petit mais grand être humain en bonne santé. Une femme capable de s’éduquer, de travailler, de voter, de faire ce qu’elle aime et d’aimer qui elle veut.

Merci à vous, enfin, qui me suivez dans cette aventure. Vous, qui sans me connaitre m’aimez et me soutenez. Je n’ai toujours pas les mots pour ça. Je ne les trouverai jamais. A l’inverse, je suis reconnaissante de ces personnes incroyables qui m’inspirent à distance, dont les mots me rassurent, et qui auront toujours une place spéciale dans mon coeur – aussi stupide que cela puisse paraître.

Je suis reconnaissante de vivre dans un monde si riche où malgré la haine, existent toujours des gens qui aiment aveuglément, inconditionnellement, indubitablement, passionnément.

Merci.

Morgane, qui aime et qui est aimée.

life update : octobre 2019

L’automne. Halloween. Facilement ma saison préférée après l’hiver et la magie de Noël. Le temps se rafraichit, les feuilles tombent et se rembrunissent. Les Pumpkin Spice Latte, les cueillettes de citrouilles, les relectures Harry Potter et le retour des bougies parfumées à la cannelle. Que demander de plus ?

Octobre a été un mois très positif pour moi. Un mois de découverte et d’amour de soi.

Après dix ans à me battre contre quelque chose qui avait le don de me gâcher la vie, voire de me paralyser, de me faire perdre toute confiance en moi et toute détermination, j’ai enfin mis un frein à ce cauchemar. Du moins, je l’espère. Je ne sais pas si c’est définitif, seul l’avenir nous le dira, mais j’ai enfin dit non.

J’ai enfin dit stop. Et j’y crois. Car cette fois, j’ai changé. Cette fois, je suis plus entourée que jamais. Mais surtout : cette fois, je m’aime assez pour vouloir ce qu’il y a de mieux pour moi.

Et c’est avec cette nouvelle persévérance que j’ai fait face à mes peurs ce mois-ci. Je suis fière d’avoir géré les évènements stressants d’Octobre comme une cheffe, reconnaissante de toutes ces personnes qui croient en moi quand je n’y arrive pas mais aussi de celles qui m’inspirent sans même me connaitre ; heureuse d’approfondir des amitiés qui sont devenues très vite précieuses…

Malgré l’anxiété du quotidien qui aura toujours sa place quoique je fasse, je reconnais enfin le chemin que j’emprunte, et ce n’est rien d’autre que celui d’une vie plus saine. Alors je continuerai à me donner tous les moyens possibles pour réussir, à avoir confiance, à me challenger, et surtout à aimer très fort.

Morgane.

Happy Release Day! #NÂT

72398231_2431600483776406_8692511600873046016_n.jpg

Happy Release Day !!!!!

Aujourd’hui sort mon troisième roman, « Nos Âmes Tourmentées ». Je répète : troisième. Oui, j’en suis la première choquée. J’ai beaucoup de mal à croire que cette incroyable aventure a commencé il y a deux ans déjà. Et pourtant. En deux ans, j’en ai parcouru, du chemin. Trois livres publiés, deux traduits, des tas de gens incroyables rencontrés, de paroles échangées, de sourires partagés, de souvenirs à jamais gravés dans ma mémoire.

J’ai commencé à écrire quand j’avais douze ans, sans vraiment y penser, simplement parce que j’avais besoin de mettre certaines histoires sur papier. Quand j’ai osé rêver à en faire mon métier, je n’aurais jamais cru que la vie m’en donnerait l’occasion. En deux ans, il y eut très peu de fois où j’ai vraiment pris le temps de me poser cinq secondes et de me dire : « Waouh… J’ai fait tout ça ». J’ai toujours autant de mal à comprendre ce qui m’arrive, mon perfectionnisme et ma passion me poussent à penser à l’après plutôt que d’apprécier le présent, et c’est quelque chose que je me reproche souvent.

Mais désormais, je le ferai. Parce que c’est important. Je suis très chanceuse de pouvoir faire ce que j’aime aujourd’hui, et j’espère que cela continuera longtemps encore. Merci à tous ceux qui me soutiennent, me lisent, me font sourire au quotidien. À ceux qui viennent me voir en dédicace, mais surtout à ceux qui acceptent mes personnages dans leur coeur et ne les laissent plus jamais partir. Je continuerai de travailler encore plus dur, de me dépasser et d’écrire des histoires dans lesquelles vous pourrez vous reconnaître.

En attendant, s’il vous plait, prenez soin d’Azalée et Eden. Je l’ai déjà dit, mais c’est un roman particulier qui m’a pris beaucoup d’énergie (et de larmes, au passage). J’espère qu’ils sauront vous attendrir et vous apporter force, espoir et courage. Et bien sûr, partagez cet amour auprès de vous !

Oh, et… je vous dis à l’année prochaine pour de nouvelles aventures 😉

Des bisous pailletés, Morgane.

life update : septembre 2019

71501057_2138030596499648_3033808973401686016_n.jpg

Septembre, un mois empreint de stress.

Mais aussi de renouveau. Le retour de l’automne, la rentrée scolaire, la fin des longues journées à ne rien faire sous le soleil… Pour la première fois depuis des mois, je me suis sentie sous l’eau. Noyée sous les responsabilités. Perdue. Paniquée face à l’inconnu.

Des inquiétudes qui demeurent encore aujourd’hui, mais que j’approche avec plus de sérénité qu’il y a deux semaines. Le stress a été mon plus fidèle ami ce mois-ci mais comme souvent, j’ai été plus forte. J’ai finalement décidé de me concentrer sur ce que je pouvais contrôler, et de laisser faire les choses sur lesquelles je n’avais aucune emprise. À quoi bon ?

Septembre fut tout de même bon avec moi. J’ai profité de ma famille. J’ai pris soin de moi. J’ai accueilli un nouveau cousin, le petit Soan, dans ce monde de fous. J’ai dépensé de l’argent dans ce qui me rend heureuse sans culpabiliser. J’ai approfondi de nouvelles amitiés déjà chères à mon coeur. Mais surtout : j’ai pu voir l’un de mes rêves d’adolescente se réaliser.

Mon premier livre traduit à l’international. Un objectif fièrement atteint. Un accomplissement mais également le début d’une toute nouvelle aventure.

J’ai peur, mais hâte. Je n’ai jamais eu aussi hâte, à dire vrai.

Encore une fois, je réalise que malgré les mauvais jours, le stress, l’anxiété, l’impression que tout va mal… il suffit d’une bonne nouvelle pour que la machine redémarre et que les beaux jours se succèdent à leur tour. Parfois, on attend plus longtemps qu’on le voudrait. Mais ça arrive toujours.

Patience.

Morgane.

life update : août 2019

Sweet August…

Un mois de repos bien mérité. 31 jours l’esprit apaisé, ce n’est pas rien. Ça faisait longtemps. Soleil, sorties, musique, amis. De vraies vacances.

Angleterre, Irlande, Italie. Des paysages beaux et différents, un échappatoire au quotidien parisien. Revenir à ce dernier m’angoisse et me stresse, mais ces derniers mois m’ont aidé à appréhender les choses de façon plus sereine. Une belle nouvelle année s’annonce !

PO-SI-TI-VI-TY, right?

Ce mois-ci, mes amis m’ont fait remarquer à quel point j’avais changé – positivement. À quel point j’étais plus souriante, plus heureuse, plus détendue. Et c’est vrai. Je vis enfin pour moi. Je me challenge toujours plus. Je m’expose. Je voyage. Je dompte l’anxiété sans plus être immédiatement défaitiste. Et ça, ça change tout.

Je suis prête pour une nouvelle année pleine de surprises et d’imprévus, d’aventures et d’anxiété. Ma dernière année d’études, si tout se passe comme je l’ai prévu. C’est terrifiant, mais aussi excitant. Et je compte bien en profiter… pour avoir le moins de regrets possible. 🙂

Bonne rentrée à tous !

Morgane.